La Nation

Droit+Politique+Economie+Environnement

posté le 03-09-2010 à 20:13:53 GMT +2

LA ROUTE, UNE VOIE DE CIVILISATION

Une roue de secours se détache d’un grumier et tue une femme à l’entrée de Makokou

 

 

 


 
 

MAKOKOU (AGP) – Une roue de secours qui s’est arrachée de l’essieu arrière d’un camion grumier a causé la mort mardi dernier d’une jeune femme, la nommée Sylvéna Boueni, mère de deux enfants, au village Iyoko-Ngota, situé à l’entrée est de Makokou.

Dans sa course folle, la roue avait au préalable violemment heurté un bébé de 12 mois qui jouait dans la cour parentale avant d’échouer fatalement sur la jeune femme. Le bébé en question serait toujours dans le coma au centre hospitalier régional de Makokou, apprend-on de source hospitalière.

Le grumier appartient à la société forestière OLAM Gabon. Ce mastodonte au moment de l’accident était chargé de six billes de bois.

Le drame est survenu pendant que le camion négociait un virage en plein village et a perdu l’équilibre après la perte de sa roue et tanguait de gauche à droite pour finir sa course sur la bâtisse servant de cuisine à la famille endeuillée en y causant d’importants dégâts matériels.

TEL/AP/IM

03/09/2010
 
 
 

 
 
 
 
 

 

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 30-08-2010 à 00:07:00 GMT +2

ECOUTEZ IVAN ILLICH



"L'école est une institution fondée sur l'axiome que l'éducation est le résultat d'un enseignement."


[Une société sans école, trad. Gérard Durand, Éd. du Seuil, coll. Points n° 117, p. 56.

 

 

 

[Envoi du professeur Alain M. de Nancy]

 

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 28-08-2010 à 19:28:46 GMT +2

LE NOUVEL OUVRAGE DE MOUNDOUNGA MOUITY

Madame, Monsieur,

 

 

Monsieur Patrice MOUNDOUNGA MOUITY auteur de l’ouvrage « Manuel de méthodologie pour une étude sociologique de terrain au Gabon. Conseils d'enquête et bibliographiques », Préface de Mathias Eric Owona Nguini et Postface d’Arthur Benga Ndjeme, Coll. Universitaire Sciences humaines/Politiques, 142 pages, nous a aimablement recommandé de vous faire savoir que son ouvrage est désormais disponible sur le site Internet http://www.edilivre.com/doc/12130/Manuel-de-methodologie-pour-une-etude-sociologique-de-terrain-au-Gabon_Conseils-d-enquete-et-bibliographiques/Patrice-Moundounga-Mouity et en librairie.

 

 

En attendant, les internautes ainsi que les libraires peuvent d’ores et déjà le commander à l’adresse suivante : http://www.edithese.com/doc/12130, au cas où le livre est  susceptible de vous intéresser.

 

 

 La collection universitaire EDILIVRE assure la diffusion commerciale avec l’autorisation de l’auteur. Le service commercial reste à votre entière disposition pour tous renseignements complémentaires.

 

 

Nous vous remercions de votre attention, et vous prions d’agréer Madame, Monsieur, l’expression de nos salutations distinguées.

 

 

 Très cordialement

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

africanostra  le 30-08-2010 à 12:13:43  #

Akéwa!

berrejl  le 30-08-2010 à 12:07:37  #

Félicitations pour ce travail qui en intéressera plus d'un ! C'est bien Arthur pour ton implication.

 
 
posté le 27-08-2010 à 19:46:46 GMT +2

JE SUIS PECHEUR

 

 

 

 

Seigneur, pardonnez-moi; j'ai péché:

Je l'ai laissée partir sous l'orage;
Elle, l'Ame qui me rend si sage;
Elle, l'Esprit que j'ai longtemps cherché!

 

 

 

Nancy:

Dernière nuit

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

africanostra  le 27-08-2010 à 23:20:42  #

Je te remercie pour ton soutien, bien cher José. Ton propos à ce sujet est si profond, que je te promets de suivre ton conseil. Merci !

berrejl  le 27-08-2010 à 22:50:07  #   (site)

Salut mon frère. J’espère que tu ne parles pas d’une femme ? Le cas échéant, si tu l’avais empêché de partir, cela aurait été la priver de la réalisation son destin. Moralité : il faut vaut mieux laisser partir ceux qui veulent partir. Car ceux qui partent, sont ceux qui refusent de rester. Amicalement et courage / Berre

berrejl  le 27-08-2010 à 22:47:12  #

Salut mon frère. J’espère que tu ne parles pas d’une femme ? Le cas échéant, si tu ne l’avais empêché de partir, cela aurait été la priver de la réalisation son destin. Moralité : il faut toujours laisser partir ceux qui veulent partir. Car ceux qui partent, sont ceux qui refusent de rester. Amicalement. / Berre

 
 
posté le 26-08-2010 à 06:03:01 GMT +2

ACTUALITES DE GAMBA

GAMBA (Agence Gabonaise de Presse) – Une affaire insolite d’un caméléon mort ayant dans sa bouche une plume rouge de perroquet, entouré d’une ficelle tissée défraie la chronique à Gamba, deuxième ville pétrolière du Gabon, rapporte lundi le correspondant de l’AGP.

 

Selon des témoins, la découverte de cet animal a eu lieu le 7 août dernier au domicile d’une jeune dame qui a voulu garder l’anonymat.

Levée très tôt ce jour pour vaquer à ses occupations, la jeune femme qui était entrain de faire la lessive derrière sa maison a été attirée par les aboiements de son chien.

Face au bruit insistant du cabot, elle se déplaça pour connaître la raison de l’attitude de son animal. Grande a été sa surprise de découvrir un caméléon mort, avec entre ses mâchoires, une plume rouge de perroquet, enlacé dans une corde tissée et deux haricots dans lesquels étaient plantées deux grandes aiguilles et deux autres sur le reste de la bête, gisant dans son parking, raconte la jeune dame stupéfaite.


Elle soutient n’avoir pas vu la veille un quelconque objet qui aurait pu attirer son attention.


Cette découverte lugubre, laisse penser à des pratiques fétichistes du genre ou à des intimidations en l'endroit de cette jeune dame qui vit seule avec ses enfants. A ce jour, les populations s'interrogent sur l'origine d'une telle apparition et de surcroît en plein jour.

VM/IM

 

 

23/08/2010
 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
LE GABON IMMORTEL RESTE DIGNE D'ENVIE