La Nation

Droit+Politique+Economie+Environnement

posté le 25-01-2011 à 19:09:05 GMT +1

La Vie

 

"La Vie est une affaire à suivre"

 

 

 

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 25-01-2011 à 01:53:51 GMT +1

Enrichissement illicite

 

"La Suisse ferme les comptes des dictateurs"

***

 

 

 

 

Dans un article signé T.P, le quotidien Le Figaro du 21 Janvier 2011 nous informe: "La Suisse ferme les comptes des dictateurs" (p.5)*.Ce bref article comporte, en dépit de son allure accessoire, un intérêt majeur pour le devenir des Sociétés occidentales (bientôt assiégées par des hordes d'immigrés devenus étrangers dans leurs propres pays) et la survie de ces Peuples dits du "Tiers" ou "Quart" Monde, dont les dirigeants s'escriment depuis des décennies à la gestion des deniers publics. On rappelle, dans l'article de T. P.,  la pugnacité des autorités helvétiques à assainir les flux financiers qui viennent de l'extérieur vers les banques de la Confédération, à travers la LRAI (1). A ce sujet, le mot dictateur ne se prononcerait plus. Nom de code: PPE (2). Après la famille Duvalier, les opinions publiques des pays dont les populations broient du noir grâce aux effets désastreux de la mauvaise gouvernance s'interrogent, dans un frisson d'espoir mêlé de nervosité: à qui le tour? (3).
*
(1)-La LRAI, glaive d'une administration fiscale démocratique?
Cet acronyme, bientôt célébre, est originaire de la Confédération hélvétique. Il désigne, mot pour mot: " La loi fédérale sur la restitution des valeurs patrimoniales d'origine illicite de personnes politiquement exposées." Cet instrument légal de lutte contre l'enrichissement sans cause entre en vigueur dès 1er Février 2011.
Loin d'être un moyen expérimental d'assainissement des flux financiers, la LRAI est remis en lumière grâce à une actualité récente en Haïti. Car cet instrument fut longtemps connu sous l'appellation peu flatteuse de "Loi Duvalier".
*
La dense et tumultueuse jurisprudence suisse en matière fiscale devrait à "Baby doc" la rigueur qu'on lui connaît aujourd'hui. Le gel des avoirs de la famille Duvalier, estimés à 5,7 milliards de dollars dans les comptes de la Confédération, nourrit un contentieux houleux depuis près d'un quart de siècle.Tout porte donc à croire que l'argent ainsi gelé reviendra au vaillant Peuple  haïtien.
*
Malheureusement, comme tout peuple, celui de Haïti n'est pas plus "souverain", pour évaluer, recevoir, gérer, redistribuer lui-même cette "manne" soustraite cahin caha à l'ancien dictateur...Ai-je dit: dictateur?
*
(2)-On ne dit plus "dictateur", mais PPE!
 Seul bémol; et non des moindres, dans ce dispositif instauré par l'administration fiscale suisse: le mot dictateur est biaisé par une métaphore qui risque d'offrir à ces êtres sans coeur la part de poésie qui manque à leur cruauté: "personne politiquement exposée".

 
En effet, alors que nous reconnaissons tous en un dictateur, "une personne exerçant dans l'Etat, sous formes variées, un pouvoir complet et en réalité illimité" (Vocabulaire Cornu, 6e édition, Op. cit., p.303)*, le voilà désormais habillé d'une appellation qui ne manquera pas de brouiller un peu plus les mécanismes d'identification et de sanction par la Société internationale.
*
Avant que cette dénomination n'offre aux "dictateurs" l'alibi visant à considérer la politique comme un métier à risque, il convient de supprimer de la LRAI cette expression ambiguë de "personnes politiquement exposées"! Tyrans, totalitaristes, despotes, autocrates, monocrates sont des termes qui conviennent encore  suffisamment à la désignation de celles et ceux qui font du pouvoir un instrument de torture, d'ostracisme et d'oppression. 
*
Pas donc aussi démocratique que cela, la Suisse. Il semble que sa justice, pour ne pas la qualifier d'obscure, comporte de nombreuses lacunes. Notamment, en matière de vérification d'avoirs étrangers manifestement illicites et de restitution des biens gelés ou saisis aux ayants-droit. Pas si démocratique!
*
Toutefois, après la série des procès faits à la famille Duvalier en Suisse; et à bien d'autres qui l'attendent en Haïti, quels autres mauvais gouvernants  seront-ils frappés par la rigueur de l'administration fiscale helvétique?
*
(3)-Après la famille Duvalier, à qui le tour?
 A contre-courant des dynasties régnantes ayant construit leur prestige et leur légitimité sur des faits de bravoure et/ou de générosité, la plupart de celles qui prennent l'Afrique en capture sortent du néant. Et tiennent à perpétuer leurs pouvoirs illicites, malgré le désaveu du Peuple.  
*
Le périple des Duvalier appelle donc à se demander si la LRAI sera également appliquée à d'autres oligarchies réunies en syndicat de vampires, qui sévissent aux quatre coins de la planète.
*
A l'heure où la crise financière tend à devenir une maladie chronique, le destin des pays occidentaux n'a jamais été aussi dépendant du sort des populations pauvres. Si celles-ci se trouvent obligées d'émettre d'interminables  processions d'immigrés à travers les déserts et les océans, pour quérir bonheur dans les Etats riches, les territoires de ces derniers ne seront plus que d'immenses champs de ruines. Ils deviendront les nouveaux fronts de survie et d'exportation des ressentiments qui lézardent déjà  nombre d'esprits.
***
Signe des temps, l'article de Thierry PORTES cite les familles Ben Ali et Gbagbo, pour la prochaine campagne de cette loi suisse susceptible d'être récupérée et renforcée par une instance à compétence universelle. Il est vrai qu'il serait souhaitable que les populations tunisienne et ivoirienne entrent en possession de leurs biens patrimoniaux. Mais la campagne à venir doit être élargie à tous les opprimés. Si les responsables politiques de pays ne disposant pas d'énormes ressources naturelles exploitées ont amassé autant de biens, quid de ceux dont les terres sont des "scandales géologiques"?
*
En ce nouveau Siècle, où bonheur et misère s'universalisent, le malheur des uns ne peut plus faire, comme aux siècles derniers, le bonheur des autres. Du sanguinaire à l'humanitaire, la misère a constitué un gigantesque marché, pourvoyeur de titres et de devises à qui voulait se baisser pour ramasser.
*
Quelle que soit donc la réponse à la question des conséquences de la loi suisse à l'encontre des PPE, il est à parier qu'elle fera grincer des dents à travers les Continents. Car il est de notoriété publique que derrière toute fortune (par surcroît illicite) se cache au moins un crime.

 

 

 

 

 

 


 Arthur BENGA NDJEME:
Paris, le 24 Janvier 2011, 05:29
 
 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 24-01-2011 à 05:31:55 GMT +1

Haro sur l'enrichissement illicite

 

 

"La Suisse ferme les comptes des dictateurs"

***

 

 

 

 

Dans un article signé T.P, le quotidien Le Figaro du 21 Janvier 2011 nous informe: "La Suisse ferme les comptes des dictateurs" (p.5)*.Ce bref article comporte, en dépit de son allure accessoire, un intérêt majeur pour le devenir des Sociétés occidentales (bientôt assiégées par des hordes d'immigrés devenus étrangers dans leurs propres pays) et la survie de ces Peuples dits du "Tiers" ou "Quart" Monde, dont les dirigeants s'escriment depuis des décennies à la gestion des deniers publics. On rappelle, dans l'article de T. P.,  la pugnacité des autorités helvétiques à assainir les flux financiers qui viennent de l'extérieur vers les banques de la Confédération, à travers la LRAI (1). A ce sujet, le mot dictateur ne se prononcerait plus. Nom de code: PPE (2). Après la famille Duvalier, les opinions publiques des pays dont les populations broient du noir grâce aux effets désastreux de la mauvaise gouvernance s'interrogent, dans un frisson d'espoir mêlé de nervosité: à qui le tour? (3).
*
(1)-La LRAI, glaive d'une administration fiscale démocratique?
Cet acronyme, bientôt célébre, est originaire de la Confédération hélvétique. Il désigne, mot pour mot: " La loi fédérale sur la restitution des valeurs patrimoniales d'origine illicite de personnes politiquement exposées." Cet instrument légal de lutte contre l'enrichissement sans cause entre en vigueur dès 1er Février 2011.
Loin d'être un moyen expérimental d'assainissement des flux financiers, la LRAI est remis en lumière grâce à une actualité récente en Haïti. Car cet instrument fut longtemps connu sous l'appellation peu flatteuse de "Loi Duvalier".
*
La dense et tumultueuse jurisprudence suisse en matière fiscale devrait à "Baby doc" la rigueur qu'on lui connaît aujourd'hui. Le gel des avoirs de la famille Duvalier, estimés à 5,7 milliards de dollars dans les comptes de la Confédération, nourrit un contentieux houleux depuis près d'un quart de siècle.Tout porte donc à croire que l'argent ainsi gelé reviendra au vaillant Peuple  haïtien.
*
Malheureusement, comme tout peuple, celui de Haïti n'est pas plus "souverain", pour évaluer, recevoir, gérer, redistribuer lui-même cette "manne" soustraite cahin caha à l'ancien dictateur...Ai-je dit: dictateur?
*
(2)-On ne dit plus "dictateur", mais PPE!
 Seul bémol; et non des moindres, dans ce dispositif instauré par l'administration fiscale suisse: le mot dictateur est biaisé par une métaphore qui risque d'offrir à ces êtres sans coeur la part de poésie qui manque à leur cruauté: "personne politiquement exposée".

 
En effet, alors que nous reconnaissons tous en un dictateur, "une personne exerçant dans l'Etat, sous formes variées, un pouvoir complet et en réalité illimité" (Vocabulaire Cornu, 6e édition, Op. cit., p.303)*, le voilà désormais habillé d'une appellation qui ne manquera pas de brouiller un peu plus les mécanismes d'identification et de sanction par la Société internationale.
*
Avant que cette dénomination n'offre aux "dictateurs" l'alibi visant à considérer la politique comme un métier à risque, il convient de supprimer de la LRAI cette expression ambiguë de "personnes politiquement exposées"! Tyrans, totalitaristes, despotes, autocrates, monocrates sont des termes qui conviennent encore  suffisamment à la désignation de celles et ceux qui font du pouvoir un instrument de torture, d'ostracisme et d'oppression. 
*
Pas donc aussi démocratique que cela, la Suisse. Il semble que sa justice, pour ne pas la qualifier d'obscure, comporte de nombreuses lacunes. Notamment, en matière de vérification d'avoirs étrangers manifestement illicites et de restitution des biens gelés ou saisis aux ayants-droit. Pas si démocratique!
*
Toutefois, après la série des procès faits à la famille Duvalier en Suisse; et à bien d'autres qui l'attendent en Haïti, quels autres mauvais gouvernants  seront-ils frappés par la rigueur de l'administration fiscale helvétique?
*
(3)-Après la famille Duvalier, à qui le tour?
 A contre-courant des dynasties régnantes ayant construit leur prestige et leur légitimité sur des faits de bravoure et/ou de générosité, la plupart de celles qui prennent l'Afrique en capture sortent du néant. Et tiennent à perpétuer leurs pouvoirs illicites, malgré le désaveu du Peuple.  
*
Le périple des Duvalier appelle donc à se demander si la LRAI sera également appliquée à d'autres oligarchies réunies en syndicat de vampires, qui sévissent aux quatre coins de la planète.
*
A l'heure où la crise financière tend à devenir une maladie chronique, le destin des pays occidentaux n'a jamais été aussi dépendant du sort des populations pauvres. Si celles-ci se trouvent obligées d'émettre d'interminables  processions d'immigrés à travers les déserts et les océans, pour quérir bonheur dans les Etats riches, les territoires de ces derniers ne seront plus que d'immenses champs de ruines. Ils deviendront les nouveaux fronts de survie et d'exportation des ressentiments qui lézardent déjà  nombre d'esprits.
***
Signe des temps, l'article de Thierry PORTES cite les familles Ben Ali et Gbagbo, pour la prochaine campagne de cette loi suisse susceptible d'être récupérée et renforcée par une instance à compétence universelle. Il est vrai qu'il serait souhaitable que les populations tunisienne et ivoirienne entrent en possession de leurs biens patrimoniaux. Mais la campagne à venir doit être élargie à tous les opprimés. Si les responsables politiques de pays ne disposant pas d'énormes ressources naturelles exploitées ont amassé autant de biens, quid de ceux dont les terres sont des "scandales géologiques"?
*
En ce nouveau Siècle, où bonheur et misère s'universalisent, le malheur des uns ne peut plus faire, comme aux siècles derniers, le bonheur des autres. Du sanguinaire à l'humanitaire, la misère a constitué un gigantesque marché, pourvoyeur de titres et de devises à qui voulait se baisser pour ramasser.
*
Quelle que soit donc la réponse à la question des conséquences de la loi suisse à l'encontre des PPE, il est à parier qu'elle fera grincer des dents à travers les Continents. Car il est de notoriété publique que derrière toute fortune (par surcroît illicite) se cache au moins un crime.

 

 

 

 

 

 


 Arthur BENGA NDJEME:
Paris, le 24 Janvier 2011, 05:29
 
 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

africanostra  le 24-01-2011 à 14:50:10  #

Bonjour Magdalena,
Vous remerciant pour votre commentaire, nous nous réjouissons de votre prise de position...Fraternellement.
Africanostra

magdalena  le 24-01-2011 à 13:23:34  #

La mise en examen et en application de cette vielle LOI, que nous ignorions tous est une autre révolution.

Avant d'aller si loin en Côte-d'Ivoir, commencer d'abord par exposer votre propre berceau, je parl du cas du Gabon qui n'est pas méconnu de tous. Tout le monde en parle, mais personne ne bouge.
Comme vous, (auteur de cet article) le savez très très bien, Les PPE du Gabon ne doivent être en marge et il est de votre rôle de nous éclairer sur le sujet.
Vous le savez mieux que moi, les fortunes des Gabonais déposées en Suisse sont des enrichissements illicite. A moins de prouver que les comptes des francs suisse ouvert par les gabonais PPE sont correctements justifiés.
Je demande, au nom de la justice et de l'équité que soit fermé tous les comptes en question et que ce argent reviennent aux gabonais en quête de logement désents, de soins de santé de qualité, de médecins hoônnètes (car là aussi y a du boulot), les familles qui n'arrivent pas à scolariser les enfants... brefs.

Le Cas du Gabon est encore plus flagrant que celui de la Côte d'Ivoire, donc commencer par dénoncer les mauvaises pratiques dans votre propre pays, au lieu de vouloir jetre aus chienn l'honneur d'un pays frère d'fricains comme toi.

LES GABONAIS ONT FAIMS

 
 
posté le 22-01-2011 à 21:34:15 GMT +1

Salon du livre gabonais à PARIS

 

 


******************

 

PREMIER SALON


DU LIVRE

GABONAIS DE PARIS


 

 

Une nouvelle capitale des lettres et du
livre est née : Libreville.



Salon organisé par le Réseau des Auteurs
et des Chercheurs Gabonais de la
Diaspora (RACGD) avec les éditions
L’Harmattan.

 

Cérémonie dédiée à Angèle Rawiri,
première romancière gabonaise (1954-
2010). Et à Patrice Eméry Lumumba, à
l’occasion de sa mort.


Au programme :

Débats, invités, colloque sur le livre gabonais
et africain, tables rondes sur la Côte d’Ivoire
et le cinquantenaire de la mort de Patrice
Emery Lumumba

 

Amphithéâtre Marguerite Duras, Résidence
Universitaire Jean Zay d’Antony. Localisation :
« RER » B, La – Croix – de Berny :

 Samedi et dimanche 29 et 30 janvier 2011 de 9h
à 19h45mn.


 PRÉSIDENT DU SALON

 

 Jean François NTOUTOUME EMANE

 Maire de Libreville

 

 

 Programme officiel


 du Salon et du

 colloque


 

 

 

 Titre du Colloque :

 Etat de la recherche au Gabon et
examen des questions africaines.

 


 

PREMIERE JOURNEE : Samedi 29 janvier 2011
(9h-19h45)

 

 CEREMONIE D’OUVERTURE

 

 Maîtres de Cérémonie : Bellarmin Moutsinga
(Docteur en lettres, enseignant à l’UOB et en
France, auteur de sept livres. Critique littéraire
et écrivain) et Steeve Ella (Philosophe, auteur
de deux essais, enseignant, ex-Président des
étudiants et stagiaires gabonais d’Antony).

 

 

I. ALLOCUTIONS D’OUVERTURE (9H10-
9H40)

1. Mot d’Accueil du Président de l’Association
des étudiants et stagiaires gabonais d’Antony, M.
Enguerran Ndong Mintsa (3mn).

2. Allocution du Président du comité scientifique,


du Salon et du Colloque, Pr. Marc Mvé Bekale
(Université Reims), Le temps des Bilans. (5mn)

3. Allocution du Président du colloque, Pr.
Bonaventure Mvé-Ondo (Recteur honoraire
UOB/Aupelf) : La production du livre comme
facteur de développement. (5 mn)

 4. Allocution du Président du Salon : Pr.
Grégoire Biyogo, Directeur de collections chez
L’Harmattan, Un nouveau baromètre du Livre au
Gabon : l’Ecole de Libreville. (5mn).

 5. Allocution du PDG des éditions L’Harmattan,
M. Denis Pryen : La part d’espoir du livre au
Gabon et en Afrique. (5mn)

 6. Allocution de la Président d’Honneur du
Salon : (5mn).

 
 

II. VISITE GUIDÉE DES STANDS : Officiels,
Présidents de séance, modérateurs de débats,
auteurs et autres invités

 (9h40mn-10h)

1. Le Stand des nouveaux auteurs des collections
« Recherche et pédagogie » et « Lettres d’or ».

2. Le Stand des auteurs gabonais de la Diaspora.

3. Le Stand des livres littéraires classés par
« genres » (Poésie, Roman, Nouvelle, théâtre,
épopée, contes, essais, thèses)

4. Le stand du livre philosophique, juridique et
politique au Gabon.

5. L’Exposition générale sur «Le Livre Gabonais».

 
 

Démarrage des travaux du Salon

I : PRESENTATION ET ANALYSE DES
NOUVELLES PUBLICATIONS DES
COLLECTIONS « Recherche et pédagogie » et
« Lettres d’or ») : 10h-13h30mn.

-Modérateurs de débats : Jacques Chevrier,
Grégoire Biyogo, Alex Augé.

1. Présentation et analyse des ouvrages par les
auteurs (2h)

3. Débat général (1h).

4. Signatures/Dédicaces (30mn).

Liste des auteurs (2h)

I-Wilfried Idiatha (15mn)

II- Brice Levy Koumba (15mn)

III. Théophile Jimmy Mapango (15mn)

IV- Frédérick Mba Missang (15 mn)

V. Bellarmin Moutsinga (15mn),


VI. Priscillia Aurole Mpemba Ebotsi (USA) 15
mn

VII. Germain Ndong Essonne (15 mn)

-Débat (1h)

 

II : DEBAT AUTOUR DES AUTEURS
GABONAIS DE LA DIASPORA (14h-17h)

-Modérateurs de débats : Jacques Chevrier,
Bonaventure Mvé-Ondo, Marc Mvé Bekale.

1. Présentation et analyse des ouvrages par les
auteurs (2h)

2. Débat général (30mn)

3. Signatures/Dédicaces (30mn)

4-Pause : Visite des stands.

Liste des auteurs (2h15mn)

I. Pulchérie Abeme Nkoghe :15 mn

II. Cyriaque Simon-Pierre Akomo-Zoghe : 15 mn

III. Nadège Noëlle Ango Obiang :15 mn


IV. Peter Stephen Assaghle: 15 mn

V. Eric-Joël Békalé: 15mn

VI. Zita Alida Douka : 15mn

VII. . Marc Mvé Bekale : 15mn

VIII. Hubert-Freddy Ndong Mbeng:15mn

IX. Nadia Origo: 15mn.

-Débat: 1h

 

III : DEUX TABLES-RONDES SUR LA
LITTERATURE GABONAISE ET UN ETAT
DE LA RECHERCHE PHILOSOPHIQUE
AU GABON (17h/19h30)

-Modérateurs de débats : Jacques Chevrier,
Bellarmin Moutsinga.

 

I. Table-Ronde n° I. Animé par deux
intervenants 1. Nouveaux objet et nouveaux
enjeux de la littérature gabonaise : approche de
stylistique par Blaise David Ossene Abessolo,


doctorant-chercheur (20 mn). 2. Le lecteur
modèle dans la poésie de Lucie Mba, approche
de pragmatique textuelle par Wilfried
Idiatha (doctorant-chercheur, Université Paris
XIII) : 30 mn

 

II. Etat de la recherche philosophique au Gabon

-par Steeve Ella (20mn)

 

III. Débat (20mn).

 

IV. Table-ronde sur la littérature Gabonaise
présidée par Brice Lévy Koumba (docteur en
poétique), Nadia Origo (docteure en
Environnement) et Eric Joël Bekale (écrivain,
énarque). Les problèmes de l’édition, nouveaux
enjeux et perspectives, le circuit des prix, la
recherche universitaire (1h).

 V. Visite des stands. Fin de la première
journée.


DEUXIEME JOURNEE : dimanche 30 janvier
2011 (9h30)

PANEL I : LES DISCOURS SPECIALISES
(9h-12h)

-Modérateurs des débats : Mme
l’Ambassadeur Gisèle Memiaghe, historienne,
spécialiste de Relations internationales,
Bonaventure Mvé-Ondo et Marc Mvé Bekale.

I- Autour des recherches américanistes (1h)

1-« Libreville, une page ouverte sur l’Amérique
latine : discours révisionnistes, historique et
idéologiques » par Elisabeth Oyane, enseignante
à l’UOB (20mn).

2-« Les relations diplomatiques entre le Gabon et
les USA » par Carmen Mboumba Nzamba,
doctorante en Civilisation américaine de
l’Université Paris X, Nanterre (20mn).

3. Débat : 20 mn.

 

II. Table ronde sur le Mvett présidée par
Bonaventure Mvé-Ondo, Marc Mvé Bekale et


Claver Bibang, docteur en poétique, spécialiste
de Blanchot, de Derrida : 1h

1-Steeve Elvis Ella (15mn)

2-Régis Ollomo (15 mn)

3-Laurent Minko-Bengone (15mn)

-Débat : (15 mn)

 

III. Présentation des ouvrages des auteurs
Gabonais (1h)

1. Gévy Koumba, présidente de l’Association
« Antoinette Nzahou Mayagui » pour
Jean-Patrick Mackossaud, Charles N’tchoréré,
un héros gabonais mort pour la France,
Yvelinédition, 2010.

2. Avec Anges Nzigou, juriste, Je plaide
Constitutionnel, Paris, Jets d’encre, 2010, 152 p.

3. Jean-Aimé Mouketou, docteur en
géographie politique, Politique institutionnelle
et organisation des territoires productifs du
cacao et du café… Mare et Martin, 2007.


4. Débat général (15mn)

 5. Dédicaces (15mn)

 

PANEL II : STATISTIQUE ET
EVALUATION DE LA RECHERCHE AU
GABON (11h30-13h30)

 

-Modérateurs des débats : Jacques Chevrier,
Bonaventure Mvé-Ondo, Marc Mvé-Bekale.

1. Présentation du dernier livre de Grégoire
Biyogo, historien de la philosophie et égyptologue
et analyste politique sur Le Corpus des corpus :
Répertoire des auteurs et des livres gabonais,
Libreville comme nouvelle capitale africaine du
livre. Prolégomènes à L’Ecole de Libreville.
Lettres, philosophie, histoire, géographie, droit,
science politique et économie.

2. Débats (1h)

3-Dédicace (30 mn)

 


PANEL III : AUTEURS INVITÉS AU SALON ET
AU COLLOQUE (13h30mn-15h30)

-Modérateurs de débats : Grégoire Biyogo,
Mboka Kiese, logicien, chercheur à l’Institut
International Imhotep (III), Claver Bibang,
docteur en poétique, spécialiste de Blanchot,
de Derrida et de Senghor, Chercheur à l’III, et
Elisabeth Oyane, enseignante à l’UOB

1-Fari Taharka, égyptologue, historien,
philosophe et enseignant, présente en exclusivité
sa dernière publication (20 mn).

2-Gabriel Okoundji, Grand Prix littéraire
d’Afrique Noire 2010, présente en exclusivité son
dernier texte : La mort ne prendra pas le nom
d’Haïti (15mn)

3-Lascony Nysymb, penseur de la Diaspora,
musicien de jazz, conférencier : recueil
« Requiem »… (15mn)

4- Jean Fonkoué, sociologue et penseur africain,
présente son oeuvre, composée de 3 livres (15mn).

5-Clémentine Severin, écrivaine française,
présente son oeuvre (15mn).


6-Débat : 25mn.

7 Dédicaces (15mn)

 

PANEL IV. LA POLITIQUE AFRICAINE
(15h45mn-18h30mn)

 

-Modérateurs de débats : Grégoire Biyogo,
Marc Mvé Bekale, Fari Taharka.

 

1. Présentation du dernier ouvrage d’Axel
Augé sur la réforme de l’Armée en Afrique (30
mn)

- Débat (30 mn)

-Signatures.

 

2. Table-ronde N° I. Exil, Médias et
démocratie (1h), présidée par Germain
Ndong Essono, docteur en philosophie,
spécialiste de Hans Jonas et Edith Avoum,


docteure en psychologie.

Avec deux interventions préliminaires de
Steeve Ella sur Ecriture et Exil et de Ricky
Nguéma-Eyi (doctorant en sociologie de la
communication, Université d’Amiens) sur
« Pouvoir et médias au Gabon». Présidents de
séance : Brice Lévy Koumba et Jean Steiner
Koumba.

 

3. Table-Ronde n° II. Sur la Côte d’Ivoire
(1h), présidée par Jean-Paul Ngassa,
professeur de mathématique, spécialiste de
Kwame Nkrumah, chercheur à l’Institut
International Imhotep (III), et par Michel
Cadence, docteur en mathématique, éditeur
(Ndzé) et écrivain.

 
 


 V. CEREMONIE DE CLOTURE DU
SALON

 (18h30mn-20h)

Bellarmin Moutsinga, Claver Bibang, Brice
Lévy Koumba.

I. LECTURE DU RAPPORT GÉNÉRAL DU
SALON ET DU COLLOQUE (5 mn)

II. ALLOCUTIONS DE CLOTURE DU SALON ET
DU COLLOQUE (25mn).

 

1. Allocution du Président du Comité
scientifique : 5 mn.

2. Allocution du Président du Colloque : 5mn.

3. Allocution du Président du Salon : 5mn.

4. Allocution du PDG des éditions L’Harmattan :
5mn.

5. Allocution de Mme la Présidente d’Honneur du
Salon : 5mn.


 

III. REMISE DE PRIX AUX NOUVEAUX
DOCTEURS (I), AUX AUTEURS (II) ET AUX
CHERCHEURS (III) DES MAINS DES
OFFICIELS, EDITEURS, CRITIQUES ET
CHERCHEURS (30mn).

IV. COCKTAIL DE CLÔTURE (30mn)

V. PHOTOGRAPHIES, INTERVIEWS.

VI. SIGNATURE DU LIVRE D’OR ET FIN DU
SALON.

VI. BUREAU DU SALON

I-Hôte du Salon :

Denis Pryen

 II-Président du Salon :

Grégoire Biyogo

III-Président du Colloque : Bonaventure Mvé
Ondo.

IV-Président du Comité scientifique du Salon et
du Colloque : Marc Mvé Bekale


 

V- Rapporteurs Généraux et Directeurs de
Publication des Actes : Bellarmin Moutsinga,

Steeve Elvis Ella

VI-Modérateurs Généraux des Débats :

Eric Axel Augé, Bellarmin Moutsinga, Mboka
Kiese, Michel Cadence, Claver Bibang, Brice
Lévy Koumba, Elisabeth Oyane, Edith Avoume,
Nadia Busugwu.

VII- Directeurs de la communication, Réseaux
Informatiques, Engineering, Relais médiatique:
Théophile Jimmy Mapango,

Guy Wilfried Idiatha.

VII. Monde de l’édition

-éditions gabonaises

-Les directeurs de collection Harmattan

-Ndzé


-Ciref

-Paari

-ICES

-Les éditions de la Diaspora africaine…

 III. Auteurs « non gabonais » ayant écrit des
romans sur le Gabon (par ordre
chronologique)

 . Révérend Père Trilles, l’un des grands
spécialistes du pays Fang.

-Mille lieux dans l’inconnu, Paris, France,
Desdée de Brawer et Die, 1931.

II. Christian Dedet, Médecin et écrivain français
né en Languedoc en 1936. Vit à Paris.

-La mémoire du fleuve, (L’Afrique de Jean
Michonet), Paris, Phébus, 1984, 510p.


III. Anne-Cécile Massoko-Akendengué.

-Ceci n’est pas l’Afrique, récit d’une française au
Gabon, Paris, L’Harmattan, 2010, 140p.

IV. Arthur Scamari (pseudonyme d’un auteur
ayant écrit un livre décapant sur la politique
gabonaise),

-Chroniques d’un pays improbable, Paris,
L’Harmattan, 2010.

 

IX. Liste des lauréats de thèse candidats aux
« Palmes académiques » (liste encore ouverte
Très Honorable en math-physique et Très
Honorable avec les Félicitations du Jury et
recommandation de publication pour les autres)

-Davy Kevin Ngomo Otogo, docteur en physique
(Mécanique, option : Energétique). Mention Très
Honorable. Né le 11 avril 1984 à Oyem (Bissok)
26 ans.

-Irma Julienne Angue Medoux, docteur en
philosophie (option philosophie du langage,
spécialiste de Richard Rorty). Mention Très
Honorable avec les Félicitations du Jury et la


Recommandation de publication.

-Edith Avoume, docteure en psychologie, option
« psychologie sociale ». Mention Très Honorable
avec les Félicitations du Jury et la
Recommandation de publication.

 

X. Liste des nouvelles consécrations
universitaires

-Axel Augé, Maître de conférences des
Universités, docteur en sociologie.

 

 XI. APPEL A CONTRIBUTION

 . Le Salon du Livre gabonais de Paris qui
abrite un colloque aura lieu à la Résidence
universitaire Jean Zay d’Antony, « RER » B, La
Croix-de-Berny, les samedi et dimanche 29 et 30
janvier 2011 de 9 h à 19h45mn.

 II. Les étudiants, écrivains, critiques, chercheurs
et compatriotes gabonais, du continent africain et
de la Diaspora y sont cordialement invités. Il en
est de même des étudiants, écrivains, critiques,
éditeurs, universitaires de toute origine. Les
participants et les intervenants peuvent d’ores et
déjà s’inscrire librement et préciser leurs thèmes
d’intervention à partir de ce Programme officiel.
Les textes des communications seront envoyés
avant le 20 janvier 2010 aux adresses mail
suivantes : biyogox@yahoo.fr/
moutsingab@yahhoo.fr

 

III. Les Intervenants doivent avoir envoyé leurs
textes au plus tard le 15 janvier 2011. Format
Harmattan : 10 cm de largeur et 18 cm de hauteur,
avec des textes de 5 à 12 pages, un abstract et une
bibliographie.

 

IV. Seuls les textes retenus par le comité
scientifique feront l’objet d’une communication et
d’une publication dans le cadre du colloque et de
l’édition des Actes, prévue mi-juin 2011.


 

V. Les présidents de séance, Modérateurs de
Débats, critiques, auteurs, enseignants-chercheurs
et les représentants des différentes structures du
Salon sont conviés à une réunion
d’harmonisation, deuxième semaine de janvier
2011 à Paris, Quartier latin, à L’Espace
Harmattan.

 

XII. Liste des nouvelles publications et
des auteurs du Salon Coll. « Recherche
et pédagogie » et « Lettres d’or »
dirigées par Grégoire Biyogo.

 

I-Docteur Alain-Pascal Bithegue-Bi-NZeng :
Médecin, docteur en médecine de l’Ecole
chinoise. Remarquable chirurgien. Auteur d’une
spécialité en chirurgie.

1-La Nouvelle ère humaine, Paris, L’Harmattan,
Collection « Recherche et pédagogie », 2011.

II-Steeve Elvis Ella : Essayiste, philosophe,
doctorant travaillant sur Emmanuel Levinas,
auteur de 2 livres. Vit en France.

1-Emmanuel Levinas. Des droits de l’homme à
l’homme, Préface de Stamatios Tzitzis, Paris,
L’Harmattan, Coll. « Commentaires
philosophiques », 2009.

2- Mvett ékang et le projet Bikalik : Essai sur la
condition humaine, Préface de Grégoire Biyogo,
Paris, L’Harmattan, Coll. « Recherche et
pédagogie », 2011.

III- Auguste Eyéné : Philosophe, théoricien de la
communication, anthropo-biologiste, Directeur
adjoint de l’ICAD, docteur en philosophie et
docteur en communication de Paris 8, enseignant
à l’Université de Libreville, ENS. A co-dirigé
deux livres. Vit au Gabon.

1-L’Ecriture, l’Afrique et l’humanité, in Cahiers
de l’Institut Cheikh Anta Diop, avec Benjamin
Ngadi, Paris, L’Harmattan, 1996.

2-Lire « L’insoumis » de Grégoire Biyogo, co-
dirigé avec Auguste Makaya, Paris, L’Harmattan,
2011.

IV-Wilfried Idiatha : Poète, doctorant, travaille
sur la poésie gabonaise. Vit en France. Promesse
poétique de la génération des années 2010.

1-L’Ecume des lendemains, préface de Bellarmin
Moutsinga, Paris, L’Harmattan, Coll. « Lettres
d’or », 2011.

V- Brice Lévy Koumba : Critique, poéticien,
docteur en lettres, travaille sur Le Marquis de
Sade, et autour de Jacques Derrida. Dirige un


Blog sur La littérature gabonaise. Vit en France
(Nancy).

1-Du bonheur et du crime chez le Marquis de
Sade. Approche éthique et poétique. Préface de
Grégoire Biyogo, Paris, L’Harmattan,
« Recherche et pédagogie », 2011.

2-Seul (roman), Paris, L’Harmattan, « Plume
d’or », 2011.

3-Lexique de Grégoire Biyogo, Paris,
L’Harmattan, Coll. « Recherche et pédagogie »,
2011.

VI-Auguste Makaya : Philosophe, professeur de
philosophie, auteur d’essais, de romans et de
nouvelles, docteur en philosophie de Paris I, DEA
en Lettres. Auteur de 8 livres. Vit au Gabon.

1-Francofole, (nouvelles), Paris, L’Harmattan,
1993, 141p.

2-Sur les pas d’Emmanuel, (nouvelles), Paris,
L’Harmattan, 1995, 106p.

3-Carnets secrets de Judas Iscariote (roman),
Paris, L’Harmattan, Coll. « Encre noires », 1998,
212p.


4-Tiroir 45 (nouvelles), Paris, L’Harmattan,
Coll. « Encre noires », 2003, 112p.

5-Brazzaville, capitale de la force libre,
(nouvelles), Paris, L’Harmattan, Coll. « Encre
noires », 2004, 108p.

6-L’Homme, le sublime zéro, Préface de Grégoire
Biyogo, Paris, L’Harmattan, Coll. « Recherche et
pédagogie », 2008, 277p.

7-Gabao news, Paris, L’Harmattan, Coll. «Encres
noires », 2009, 108p.

8-Lire l’insoumis de Grégoire Biyogo (Sous la
dir. avec Auguste Eyéné), Paris, L’Harmattan,
Coll. « Recherche et pédagogie », 2011.

VII-Louis-Marie Madegha : Il est étudiant à
l’Université Omar Bongo (Libreville), au
département de Lettres Modernes. Il a été Lauréat
de plusieurs concours poétiques, il écrit des vers
depuis plusieurs années. Sa passion pour la justice
et pour les libertés qui ponctue sa poésie. Il co-
écrit son premier recueil avec Mpemba Ebotsi, à
travers un jeu d’échos lancinants, fait de partages
différentiels entre deux paroles poétiques qui se
fondent en une seule.


-Cri de poétesse,

-Cris des poètes, L’Harmattan, Coll. « Lettres
d’or », 2011.

VIII. Théophile Jimmy Mapango : Essayiste,
conférencier, travaille sur la Nouvelle Afrique,
PDG d’une chaîne de télé, Télé Canaan, auteur de
2 essais. Vit en France.

 

1-Gabon décrépitude, je rêve pour notre Afrique,
Lille, Thebookédition, 2009

2-Le monde a changé. Pour la solidarité des
Citoyens de la Planète, préface et épilogue de
Grégoire Biyogo, Paris, L’Harmattan, Coll.
« Recherche et pédagogie », 2011.

 

IX- Frédérick Mba Missang : Doctorant en
science politique en France, option « Sécurité
internationale stratégies militaires et expertises en
conflits armés ». Il vit en France.

-Lettre aux Citoyens africains à propos de la
citoyenneté, Paris, L’Harmattan, Coll.
« Recherche et pédagogie », 2011.


X. Nicolas Mba-Zué : Etudes supérieures à
l’Université Omar Bongo de Libreville et Paul
Valéry de Montpellier où il obtient, en juin 1984,
le diplôme de doctorat de 3è Cycle en Littérature
et civilisation françaises. Il est aussi Maître-
Assistant au département de Lettres Modernes de
l’Université Omar Bongo où il enseigne, depuis
1984, la Sémiotique et la Narratologie.

1-Mitsim à la quête du Byere paternel, « Une
lecture sémiotique », suivi d’un entretien avec
Tsira Ndong Ndoutoume- Préface de Grégoire
Biyogo, Paris, L’Harmattan, 2008, 206p

2-Des Noces de Cana au Mariage chrétien,
Préface de Monseigneur Basile Mvé Engone –
Postface du Père Raphaël Mbage Abobae, Paris,
L’Harmattan, 2010, 154p

3-Essais de Sémiotique et d’Herméneutique,
Préface du Professeur Patrice Gahungu, Paris,
L’Harmattan, 2010, 136p

4-Mythe des origines du Byere Fang,
« Sémiotique du texte ». Publication prévue en
2011.


XI. Laurent Minko-Bengone : Economiste,
mvettologue, auteur d’un essai sur le mvett. Vit
au Gabon.

-Pour lire autrement le mvett, Préface de Grégoire
Biyogo, texte revue et augmenté, Paris,
L’Harmattan, Coll. « Recherche et pédagogie »,
2011.

XII. Bellarmin Moutsinga : Essayiste, critique
littéraire, poète, écrivain, docteur en lettres de
Paris IV, enseignant à l’UOB et en France.
Auteur de 7 ouvrages. Vit en France.

1-Roman gabonais entre écriture et oralité, Lille,
ANRT, 2005.

2-Equatoriales, (poèmes), Préface de Grégoire
Biyogo Paris, « Etudes Africaines »,
L’Harmattan, 2006, 74p.

3-Le chant de l’aube (poèmes), Paris,
Coll. « Poètes des cinq continents », 2008, 166p.

4- La Malédiction de la côte (nouvelles), Paris,
L’Harmattan, Coll. « Ecrire l’Afrique », 2009,
92p.

5-Les orthographes de l’oralité. Poétique du


roman gabonais, Paris, L’Harmattan,
Coll. « Etudes africaines », 2009, 246p.

6-Mots d’exil, (poèmes), Paris, L’Harmattan,
Coll. « Lettres d’or », 2011.

7-Elégie crépusculaire (poèmes), Préface de
Grégoire Biyogo, Paris, L’Harmattan,
Coll. « Lettres d’or », 2011.

XIII. Priscillia Aurole Mpemba Ebotsi (USA) :
Cette jeune poétesse est née le 4 août 1987 à
Libreville, où elle a amorcé ses classes au Lycée
National Léon Mba, avant de se rendre en
France, elle s’inscrit au Lycée Claude Deboussy à
Nantes. Puis elle va repartir à Libreville
(terminale au Lycée d’Etat de l’Estuaire) où déjà
elle est visitée par la Muse, et écrit des poèmes,
au demeurant primés par l’UDEG (le Récital du
Komo). Elle vit aux USA où elle poursuit son
travail d’écriture et ses études.

1-Cris d’une poétesse, Paris, Bénévent, 2009,
80p.

2-Cris des poètes, L’Harmattan, Coll. « Lettres
d’or », 2011.


XIV. Germain Ndong Essonne : Philosophe,
docteur en philosophie, travaille sur Hans Jonas,
après s’être penché sur Sartre. Vit en France
(Nantes).

-Hans Jonas et la responsabilité éthique du milieu
naturel, Paris, L’Harmattan, Coll. « Recherche et
pédagogie », 2011.

 V- Max-Olivier Obame : Romancier,
journaliste politique, Maître ès lettres, docteur en
sciences de la Communication, auteur de 2 livres.
Vit au Gabon.

1-Crépuscule, préface de Grégoire Biyogo,
Paris, L’Harmattan, « Plume d’or », 2011.

 VI. Régis Ollomo Ella : Linguiste et traducteur,
doctorant en science du langage. Vit en France.

-Un Mvet d’Akué Obiang, Vol 1. Le récit d’Abyè,
Préface de Grégoire Biyogo, Paris, L’Harmattan,
« Recherche et pédagogie », 2011.


XVII. Grégoire Biyogo : Directeur des
Collections « Recherche et pédagogie » et
« Lettres d’or » aux éditions L’Harmattan.
Directeur de thèses, professeur de lettres, de
philosophie, de poétique et d’épistémologie de la
recherche. HDR. Prix international de la
Francophonie pour l’ensemble de son oeuvre
(Chevalier de la Pléiade). Auteur d’une
quarantaine de livres[1]. Vit en France.

 III. LISTE DE 35 AUTEURS GABONAIS
DE LA DIASPORA

 . Pulchérie Abeme Nkoghe : Elle est née le 11
décembre 1980 à Oyem, au nord du Gabon. Elle a
fait ses humanités à L’Ecole Normale Supérieure
de Libreville, avant de se consacrer à la poésie.
Elle a par ailleurs fondé une Association dont elle
est présidente « Jardin du village » et auteure de 3
recueils poétiques.

1-La vie est un bouquet de fleurs, Paris,


Publibook, 2006.

2-Le Chant des blessures, Paris, Acora, 2007,
72p.

3-Croissant de lune, Libreville, Les éditions
Ntsame, 2010, 60p.

 

II. Irma Julienne Angue Medoux : Elle est née à
Minvoul, après avoir commencé des études de
philosophie à l’UOB jusqu’en Licence, elle va les
poursuivre en France, à Paris I et à Paris VIII où
elle a soutenu une remarquable thèse[2] sur
Richard Rorty sous la direction de Jacques
Poulain, Science croyance et solidarité. Analyse
des implications épistémologiques de la critique
rortyenne de la tradition réaliste de la vérité (juin
2005). Elle enseigne à l’UOB et à Paris VIII. Par
ailleurs, elle dirige une collection aux éditions
L’Harmattan, où elle a publié deux essais.

1-Richard Rorty, la fin de la métaphysique et la
pragmatique de la science, co-écrit avec Jean
Rodrigue Eyene Mba, Paris, L’Harmattan, Coll.
« La philosophie en commun », 2007, 238p.


2-Richard Rorty, un philosophe conséquent, Paris,
L’Harmattan, Coll. « La philosophie en
commun »2009, 216p.

 

III. Nadège Noëlle Ango Obiang : Née en 1973 à
Libreville. Ecrivaine de grande inspiration et
d’une puissance productrice, à ce jour nous lui
devons au moins une vingtaine de textes écrits
sous plusieurs genres (poèmes, romans, théâtres et
plus encore, textes de scénarios pour film). Elle
vit en France, et prépare un doctorat en économie
à Lille.

1-Le testament de mes pères, 2003,

2-Le chant ultime des naufragés, Libreville,
UDEG-URW-SCAC, 2000.

3-Le blues de l’exilée (théâtre), Paris, Lulu, 2007,
64p.

4-Intentions frauduleuses, Paris, Lulu, 2007, 80p.

5-Que tremble la nuit, Paris, Lulu, 2008, 116p.

6- La femme violeur, Paris, Lulu éd., 2007, 148p.


7-La chambre des fées, 2007, 77p.

8-La fin du rêve (scénario), 2007, 140p.

9-Oyap, 2007, 48p.

10-Mbamengue, le polygame, 2007 (56p).

11-Duel de dames, Paris, Lulu éd., 2007, 136p.

12-Scchlérose, Paris, Lulu éd., 2007, 148p.
 

IV. Cyriaque Simon-Pierre Akomo-Zoghe :
Historien, essayiste, doctorant en histoire,
travaille sur les migrations des Fang, auteur de 4
livres. Vit en France.

1-La religiosidad bantuy el evangelio en Africa y
américa siglos XVI-XVIII, Colombie, 2008.

2-L’art de conjuguer en fang, suivi de 4000
verbes fang-français de A à Z. Paris,
L’Harmattan, 2009, 318p.

3-Parlons fang, Culture et langage des Fang du
Gabon et d’Ailleurs, Préface de Grégoire Biyogo,
postface de Bonaventure Mvé-Ondo, Paris,
L’Harmattan, 2010, 295p.


V. Peter Stephen Assaghele : Né en 1990, il est
étudiant à la Faculté de Droit de l’Université Aix-
Marseille III en France. A la manière du
romancier Hubert-Freddy Ndong Mbeng pour Les
Matitis ou encore de la jeune poétesse Priscillia
Aurole Mpemba pour Cris de poétesse, il s’agit
d’un auteur précoce, ayant écrit ce premier recueil
autour de 18 ans, qui s’intitule :

-Le Jardin du voyage Paris, Publibook, 2009, 78
p.

 I. Eric Axel Augé : Docteur NR en sociologie
de l’Université de Toulouse, sociologue et
analyste politique, maître de conférences,
enseigne aux Ecoles Militaires de Saint-Cyr
Coëtquidan (ESCC). Responsable de l’unité
« sociologie militaire », chercheur en sciences
sociales (Lares) et membre de la société des
africanistes. Ses recherches portent sur la réforme
des systèmes de sécurité des Etats fragiles, les
identités infra-étatiques et les opérations de la
paix en Afrique sub-saharienne. Auteur de deux
essais. Il vit en France.


1-Le Recrutement des élites politiques en Afrique
subsaharienne. Une sociologie du pouvoir au
Gabon, Paris, L’Harmattan, Coll. « Etudes
Africaines », 2005.

2- Patrick Klaousen (sous la direction de),
Réformer les armées africaines : en quête d’une
nouvelle stratégie, Paris, Karthala, 2010.

 II. Eric-Joël Békalé : Né le 26 octobre 1968 à
Libreville. Après avoir amorcé sa formation
universitaire en droit à la FDSE de l’UOB, il l’a
parachevée en France, où il a obtenu un DEA en
science politique. Enarque, spécialisé dans le
secteur de la diplomatie multilatérale, il est
diplomate en poste à Genève, en Suisse. C’est un
auteur qui a publié aujourd’hui une oeuvre
importante, riche au moins de 10 titres de bonne
facture, répartis à travers 4 genres (nouvelles,
romans, contes et poésies). Esprit fécond et vif,
c’est aussi et d’abord l’un des grands
ambassadeurs de la littérature gabonaise, qui la
promeut et la fait connaître dans le monde. Nous
lui devons une dizaine de titres.

1-Le Chant de ma mère (poésie), La Pensée

universelle, 1993, 78p.

2-Cris et passions (poésie), Jouy-le-Moutier,
Bajag-Méri, 1996, 78p.

3-Le voleur de rêves et autres contes du Gabon
(contes), Paris, L’Harmattan, 2003, 68p.

4-Elévations poétiques (poésie), Paris,
L’Harmattan, 2005, 104p.

5-Un étrange week-end à Genève (roman), Paris,
éd. Société des Ecrivains, 2005.

6-Le Cheminement de Ngniamoto (roman épique
en quatre temps), Paris, L’Harmattan, 2006, 152p.

7-Grand écart (roman), Libreville, Ndzé, 2008.

 8-Au pays de Mbandong (nouvelles), Paris,
L’Harmattan, 2001, 88p.

9-Le Mystère de Nguema (nouvelles), Paris,
L’Harmattan, « Encres Noires », 2005, 120p.

10- Le Cabinet ministériel (roman), Paris, Alpha
Oméga, 2010.


VIII. Sandrine Bessora : Sandrine Nang Nguéma,
de son nom véritable, est née en 1968 en
Belgique, d’une mère suisse et d’un père gabonais
(Saturnin Nang Nguéma). Elle a passé son
enfance en Europe et aux Etats-Unis. Ecrivain
gabono-suisse, elle a obtenu le Grand Prix
littéraire d’Afrique Noire 2007. Il s’agit de la
grande romancière gabonaise, qui compte
aujourd’hui une dizaine de livres (romans et
nouvelles) écrits avec talent. L’écrivaine vit en
Suisse.

1-53 cm, Paris, Le Serpent à Plumes, 1999, 201p.

2-Les taches d’encre, Paris, Le Serpent à Plumes,
2000, Prix Félix Fénéon 2001, 283p.

3-Deux bébés et l’addition, Paris, Le Serpent à
Plumes, 2002, 276p.

4-Courant d’air aux galeries, Paris, Eden, 2003,
64p.

5-Pétroléum, Denoël, 2004, Paris, Serpent à
plumes, 2004, 336p.

6-Le cru et le cuit, Paris, Vent d’Ailleurs, 2006.

7-Bionic woman, Paris, Tropiques, 2006.


8-Cueillez-moi, jolis Messieurs, Paris, Gallimard,
« Continent noir », 2007.

9-Les compagnies Low cost, Paris, Seuil, 2007.

10-Et si Dieu me demande, dites-lui que je dors,
Paris, Gallimard, «Continent noir», 2007, 350p.

IX. Michel Cadence : Il naît dans la région de
Montpellier, docteur en mathématique, il écrit
des fascicules pédagogiques et didactiques pour
faciliter la compréhension de ce discours.
Romancier, nouvelliste, il a fondé les éditions
Ndzé, en 1975 à Libreville (siège au Cameroun).
Et participe activement à la promotion des
écrivains africains et gabonais, qu’il a au
demeurant largement révélés et fait connaître au
public francophone et européen.

1-Ségalière, Libreville, Ndzé, 1999.

2-Le fils de Shaïtana, Libreville, Ndzé, 2004.

3-Mémoires d’un fétiche barbu, Libreville, Ndzé,
2005.

4-Les pélopées de Vieux-Koffi, Libreville, Ndzé,
2006.


5-Il pleut sur la ville (2008).

 . Eléonore Bertille Dizouna : Née le 8 janvier
1972. C’est une romancière qui été initialement
formée dans les métiers de la communication
(journalisme), avant de trouver sa nouvelle
vocation dans le travail de l’écriture. Les
commentateurs témoignent qu’elle a été
contrainte de quitter son pays natal en 1999 et a
dû s’exiler en France où elle vit depuis 2001
comme une grande partie de ses homologues
gabonais de la Diaspora. Son nom de plume est
Patrick Faudresse.

1-Les moustiques vengeurs, Paris, édit. Télès,
2006, 121p.

 I. Zita Alida Douka : Né le 27 avril 1973 à
Libreville. Diplômée en droit international,
romancière, vit et travaille à Paris dans le cadre de
l’Emigration internationale. Auteure de deux
romans dont certains sont encore sous presse.

1-Le cri de la liberté, Paris, Bénévent, 2005,
130p.

2-Prisonnières d’un rêve, Paris, Publibook, 2007,
280p.

 

XII. Victoire Issembè : Nom de jeune fille et de
plume de Mme Lasseni Duboze, ancienne
membre du Bureau politique et Présidente de
l’Union des Femmes du PDG, candidate aux
élections présidentielles d’août 2008. Elle a
officiellement mis fin à sa carrière politique pour
se consacrer désormais à la littérature. Elle a
commis récemment son premier recueil de
poèmes aux éditions L’Harmattan. Elle vit en
France.

1-Au bout de mes rêves, Préface de Jacques
Legendre, Paris, L’Harmattan, 2010, 78p.


XIII. Anne-Cécile Makosso-Akendengué :
Ecrivaine française habitant Anger. Autour d’un
récit qui donne un regard original sur la Gabon.

1-Ce n’est pas l’Afrique, Récit d’une française au
Gabon, Paris, Harmattan, 2010.


XIV. Jean Patrick Mackossaud : Ecrivain. Il
rédigé un important essai qui trace le courage
d’un héros africain, venu libérer la France,
refusant de se plier au déshonneur et à l’irrespect.

1-Charles N’Tchoréré, un héros gabonais mort
pour la France, Yvelines, Yvelinédition, 2010,
141p.

 V. P. Joseph Bill Mamboungou : Poète et
romancier, diplomate, Ambassadeur du Gabon
accrédité en Egypte. Il a été formé à l’UOB puis
en France. Nous lui devons un roman et un texte
poétique aux accents hymniques nommant la
transparence du chant poétique figuré par les
paysages mythiques de l’Ogooué Lolo.

1- Poèmes des Logovéens (t.1), Libreville,
Multipress, 1986.

2-Le destin d’un guerrier, Paris, Edition des
Ecrivains, 2002, 141 p.

 XVI. Frédérick Mba Missang : Il naît à Oyem
(Elop) dans le Nord du Gabon le 26 mai 1983.
Après avoir commencé ses humanités à l’UOB
jusqu’en Maîtrise, il s’es rendu en France où il
écrit une thèse de science politique, (relation
internationale, droit et économie) option :
« Sécurité internationale stratégies militaires et
expertises en conflits armés ». Cet essai est son
premier livre.

-Lettre aux Citoyens africains à propos de la
citoyenneté, Paris, L’Harmattan, Coll.
« Recherche et pédagogie », 2011.

 VII. Daniel Mengara : Ecrivain et homme
politique gabonais. Il a été un des leaders de
l’opposition. Il est né à Minvoul au nord du
Gabon. Après une licence d’études anglophones,
à l’UOB, il va poursuivre sa formation à
l’Université de Nice Sophia Antipolis en France
jusqu’en doctorat en 1995. Un an après, il part
pour les USA, où il passera une seconde Maîtrise
en Pédagogie des langues étrangères (1996). Il
enseigne actuellement les littératures africaines et
antillaises de langue française à Montclair State
University dans le New Jersey aux Etats Unis, où
Il a fondé et dirige la Society of Research on
African Cultures (SORAC). Cet auteur porte un
regard critique sur une Afrique écrasé par des
systèmes et des régimes qui marginalisent le
vieux continent. Il est l’auteur d’essais et d’un
roman politique.

1-Le chant des chimpanzés, Paris, L’Harmattan,
« Encres Noires », 2008, 244p.

2-Stereotypes and Realities, Trenton, NJ : Africa
Word Press, 2001.

3-La Représentation des groupes sociaux chez les
romanciers noirs sud-africains, Paris,
L’Harmattan, 1996.

XVIII. Edna Marysca Merey-Apinda : Elle naît
en 1976 à Libreville. Dès 16 ans, elle se rend en
France où elle poursuit des études de BTS en
communication et un Master en Gestion. C’est là
qu’éclot sa vocation pour l’écriture. Il s’agit de
l’une des grandes représentantes de la nouvelle au
féminin.

1-Les aventures d’Imya, petite fille du Gabon, co-
auteur Muriel Diallo, Paris, L’Harmattan, 2004,
80p.

2-Ce soir, je fermerai la porte, Paris,
L’Harmattan, 2004, 80p.

3-Je suis d’elle (2005)

4-Le sourire de mes 16 ans (2006)

5-La vie d’un autre (2007)

6-Garde le sourire, Paris, Le Manuscrit, 2008,
99 p.

XIX. Alex Moreau : Né le 17 février 1977 à
Oyem (Gabon), maître en droit, doctorant en
science politique à l’Université Cheikh Anta
Diop, il vient de publier son premier roman aux
éditions L’Harmattan sur les enfants maltraités. Il
a commencé sa formation à l’UOB, puis l’a
poursuivie à Cotonou (Bénin) et aujourd’hui au
Sénégal.

-Hawa ou l’Afrique au quotidien, Paris
L’Harmattan, 2010, 92p.

 XX. Bellarmin Moutsinga : Il est né le 17
décembre 1968 à Mouila. Il a fait ses humanités à
l’UOB, où de bonne heure, il a commis un travail
remarqué sur la déconstruction du langage chez
Césaire (Maîtrise de lettres), avant de terminer
son cursus en Sorbonne, à Paris IV, avec une
thèse sur les interférences du récit oral et écrit
dans la création littéraire gabonaise (roman,
poésie, genres oraux) sous la direction de Jacques
Chevrier, Roman gabonais entre écriture et
oralité. Enseignant à la FLSH-UOB, et au lycée
Honoré De Balzac à Mitry Mory en France, sa
seconde patrie. Nous lui devons déjà 7 ouvrages,
dont 4 recueils de poèmes qui le placent comme
l’une des voix poétiques les plus représentatives
de la nouvelle génération des poètes gabonais.

1-Roman gabonais entre écriture et oralité, Lille,
ART, 2005.

2-La Malédiction de la côte (nouvelles), Paris,
L’Harmattan, 2005, 92p.

L’Harmattan, 2005.

3-Equatoriale (poèmes), préface de Grégoire
Biyogo, Paris, L’Harmattan, 2006,
74 p.


4-Le Chant de l’aube (poèmes), Paris,
L’Harmattan, 2008, 166p.

5-Les orthographes de l’oralité : Poétique du
roman gabonais, L’Harmattan, Coll. « Etudes
africaines », 2008, 244p.

6-Mots d’exil (poèmes), Paris, L’Harmattan,
Coll. « Lettres d’or », 2011.

7-Elégies crépusculaires (poèmes), Paris,
L’Harmattan, Coll. « Lettres d’or », 2011.


XXI. Priscilla Aurole Mpemba Ebotsi : Cette
jeune poétesse est née le 4 août 1987 à Libreville,
où elle a amorcé ses classes au Lycée National
Léon Mba, avant de se rendre en France, elle
s’inscrit au Lycée Claude Debussy à Nantes. Puis
elle va repartir à Libreville (terminale au Lycée
d’Etat de l’Estuaire) où déjà elle est visitée par la
Muse, en écrivant plusieurs poèmes, au
demeurant primés par l’UDEG (le Récital du
Komo). Une opportunité s’offre à elle, qu’elle va
saisir pour se rendre aux USA où elle vit
désormais en poursuivant son travail d’écriture et
ses études. Passionnée de poésie, elle écrit des
mots respirant la nausée, la révolte et détruisant le
visage hideux d’une Histoire africaine aliénée,
soumise et fataliste, à quoi elle oppose des cris de
révolte et d’espoir faisant apparaître de réelles
potentialités créatrices.

1-Cris d’une poétesse, Paris, Bénévent, 2009,
80p.

2-Cris de poètes, Paris, L’Harmattan,
Coll. « Lettres d’or », 2011.

XXII. Marc Mvé Bekale : Né à Mitzic, dans le
nord du Gabon. Il a écrit une thèse sur Richard
Wright dont il est spécialiste. Afro-américaniste,
Maître de Conférences à l’Université de Reims, il
est romancier, essayiste, critique et analyste
politique. Il dirige une des collections aux
éditions l’Harmattan, et mène un important travail
de réception de cette aventure littéraire et
heuristique, à travers des recensions, des lectures
et de nombreux articles. Nous lui devons six
ouvrages, dont des essais et un roman, à la croisée
des expériences esthétiques rhizomiques et de la
temporalité. Il vit en France.

1-Pierre Claver Zeng ou l’art poétique fang :


esquisse d’une herméneutique, préface de Jacques
Chevrier, Paris, L’Harmattan, 2001, 192p.

2- Les limbes de l’Enfer, L’Harmattan, « Encre
noire », 2002, 198p.

3-Gabon : la postcolonie en débat Paris,
L’Harmattan, « Modernité africaine », 2003,
126p.

4- Démocratie et mutations culturelles en Afrique
Noire (sous la dir.), Paris, L’Harmattan,
« Modernité africaine », 2005, 120p.

5-Traite négrière et expérience du temps dans le
roman afro-américain, Paris, L’Harmattan, «
Etudes Africaines-Américaines & Diasporiques »,
2006, 234p.

6-Les Méditations senghoriennes, Paris,
L’Harmattan, 2010 (sous presse).

XXIII. Bonaventure Mvé Ondo : Il a écrit deux
thèses, L’idée d’intériorité dans la pensée antique
depuis les origines jusqu’à Saint Augustin, thèse
de IIIème Cycle, Bordeaux III, 1980. Ensuite la
thèse d’Etat : Quête du sujet, univers de
signification et transcendance, Université
Bordeaux III, 1989. Nous lui devons trois essais.
Fin connaisseur de Saint Augustin, il est l’un des
plus grands philosophes du Gabon[3] qui a
longtemps enseigné à Dakar, au Canada et à
l’UOB même où il est Recteur honoraire. Il
occupe aujourd’hui les fonctions de Vice-recteur
Aupelf et est en poste à Paris, où il vit. Nous lui
devons trois essais.

1-L’owani et le songa, deux jeux de calculs
africains, Libreville, CCF-Sépia, 1990, 132p.
Rééd. 2001.

2-Légendes et sagesse chez les Fang, Libreville,
CCF-Sépia, 1991, 216p.

3-Afrique : la fracture scientifique/Africa : the
scientific divide, Paris, Futuribles, 2007.
 

XXIV. Gisèle Ndong Biyogo : Née à Oyem.
Après une année en droit à l’UOB, elle a
poursuivi ses études en France, où elle a obtenu
une Maîtrise en science de la communication
avant d’aller s’installer au Québec. Elle y a
travaillé comme agent d’information,
conférencière et chroniqueuse auprès des
Universités canadiennes. Elle présente un
véritable don de conteuse et de romancière.
L’écrivaine vit au Québec.

1-Essila Ella : le triomphe de l’amour, Saint-Pie
(Québec), éd. JKA, 2009, 229p.

XXV. Hubert-Freddy Ndong Mbeng : Né à
Oyem en 1973, dans le Nord du Gabon. A 18 ans,
il écrit son fameux récit, Les Matitis, écornant le
mythe du Gabon comme havre de paix. Il révèle
l’existence galopante des taudis, symbolisant une
misère occultée par une imagerie sécuritaire et
dévoyée. En cela, ce texte inaugure un type
particulier de critique sociale et de
démystification qui va donner naissance à un
« style » littéraire qui a depuis fait école.

-Les Matitis, Saint-Maur, 1991.

XXVI. Ntyugwetondo Rawiri : Née le 29 avril
1954 à Port-Gentil. C’est la première romancière
gabonaise, qui a vécu en France dès 1995. Elle a
fait des études d’interprétariat et de traduction en
France et a exercé comme mannequin et actrice
de films à Londres, avant de repartir pour le
Gabon où elle a travaillé à Pétrogab comme
traductrice-interprète. Fille de feu Rawiri, ancien
Président du Sénat, avec qui elle a entretenu des
relations oedipiennes qui se reflètent dans toute
son oeuvre où s’opère un incessant parricide, on
lui doit des textes de grande qualité, qui mettent
en relief un univers cruel, pathétique et pour le
moins autodestructeur, ponctué par la sorcellerie,
l’autre nom du Mal radical, avec ses ravages, ses
crimes, ses rivalités froides, ses déchirements et
ses haines sempiternelles. Au sein de ce cercle
infernal, des femmes se lèvent et témoignent pour
leur différence et leur pouvoir de contestation du
phallocentrisme et de la misogynie des sociétés
modernes. La romancière vient de s’éteindre en
France (à Vanves), le 15 novembre 2010, et a été
inhumée à Puteaux. Ce Salon lui est dédié. Elle
nous laisse une trilogie.

1-Elonga, Paris, Silex, 1980, 261p, Rééd.

2- G’amerakano : au carrefour, Paris, Silex,
1983, 188p, Rééd.

3-Fureur et cris de femmes, Paris, L’Harmattan,
Coll. « Encres Noires », 1989, 176p.

 

XXVII. Anges Kevin Nzigou : Titulaire d’une
maîtrise en droit des affaires, il est spécialiste de
Justice et de Procès, actuellement il prépare une
thèse de droit à l’Université Paris 1, Sorbonne-
Panthéon.

1-Je plaide constitutionnel, Paris, 2010, 152p.

XXVIII. Paul Okili-Boyer : Né le 17 juillet 1950
à Libreville. Il a été formé à Saint-Cyr avant sa
détention politique et son long exil en France qui
a duré 27 ans. Il a engagé son combat à travers
une Association qu’il a longtemps dirigé en
France : La Diaspora gabonaise. Son recueil de
poèmes consolide son rêve et appelle à la venue
d’un Etat démocratique. D’où son verbe subversif
dont la publication est en cours chez un éditeur
Belge. Un roman est également annoncé pour
2011.

1-Arc-en-ciel sur l’Equateur (212 poèmes).

XXIX. Prisca Olouna : Née au Cameroun,
l’oeuvre de l’écrivaine gabonaise est ponctuée de
douleur et d’arbitraire. A s’en tenir à son roman,
La force de toutes mes douleurs, le décès du père,
les blessures de sa famille et les siennes propres,
notamment ce travail avorté dans les métiers de la
douane au Gabon qu’elle désirait tant, semblent
constituer la chair de cet éthos du doloroso et de
l’absurde. Partagée entre la France et le Gabon,
son oeuvre naissante se nourrit des histoires, des
visages, des tourments et des paysages de cet
écartèlement, lequel prend les traits de
l’autofiction, avec la récurrence du combat contre
la contingence et l’ostracisme.

1-Le Cri de la liberté, Nice, éditions Bénévent,
2005, 130p.

2-La force de toutes mes douleurs. Paris:
L'Harmattan, 2005, 150p.

XXX. Nadia Origo : Née Busugwu en 1977 à
Mouila au Gabon. Docteur NR en Environnement
et Développement durable et santé publique.
Diplômée des Universités Paul Valéry de
Montpellier et Paris IV-Sorbonne. Consultante
indépendante en Environnement et
Développement durable. Ecrivaine gabonaise
résidant et travaillant en France. Elle a son actif 2
romans, 2 livres de contes de 2 volumes chacun et
un pamphlet. Elle a lancé les éditions La Doxa en
2009 et depuis février 2010, le magazine
« Reflets », dont elle est Directeur de publication.



1-Le voyage d’aurore, Paris, Société des
Ecrivains, 2007, 113p.

2-J’ai résolu de… ? Paris, Acoria, 2008, 170p.

3-Toc, toc toc, Dieu tu dors ? Paris, La Doxa,
2009.

4-Petites histoires des personnages de la Bible,
Paris, Société des Ecrivains, 2008.

5-Le Royaume de Loango (2vol), Paris, La Doxa,
2008, 2009.

6-Gabégies et indigestions collatérales, Paris, La
Doxa, 2008, 2009.

XXXI. Jean René Owono Mendame : Né à
Oyem dans le nord Gabon, écrivain et critique
littéraire, nous lui devons un travail de maîtrise
(La Violence dans le Mvett, UOB), une thèse,
soutenue à l’Université de Strasbourg sous la
direction de Fonkoua, intitulée, Ecriture de la
modernité dans le roman africain contemporain.
C’est l’un des historiens du roman gabonais avec
Bellarmin Moutsinga, Jean Léonard Nguéma
Ondo, Ludovic Obiang, et Hémery-Hervais Sima
Eyi.


1-La flamme des crépuscules, Paris, L’Harmattan,
2004, 288p.

2-Le savant inutile, Paris, L’Harmattan, « Encres
Noires », 2007, 166p.

3- Ton histoire n’est pas la mienne (théâtre),
préface de Bonaventure Mvé Ondo, Paris,
L’Harmattan, 2010, 146p.

XXXII. Arthur Scamari : Pseudonyme d’un
auteur encore inconnu ayant publié un ouvrage
décapant sur la vie politique gabonaise.

1-Chroniques d’un pays improbable, Paris,
L’Harmattan, Coll. »Ecrire l’Afrique », 2010.

XXXIII. Aïda Touré : Artiste, poétesse et
écrivaine gabonaise vivant à New York. Sa foi en
l’Islam lui a donné l’occasion de méditer sur les
origines de la création, thème de prédilection de
son oeuvre. Elle a écrit 3 recueils de poème,
auxquels on prête volontiers une inspiration
poético-soufie (« Visual sufi poetry ») et le tout
de son art chante un hymne à l’Etre suprême, que
ponctue ses deux derniers textes.

1-Umanifest Poems, 2000.


2-The Sublime Sphere, 2001.

3-Nocturne Light, 2003.

XXXIV-Yataïma : Sa mère est gabonaise et son
père est Corse.

1-En enjambant le temps, Paris, Le Manuscrit,
2008, 75p.

XXXV-Grégoire Biyogo : Né à Oyem le 5 février
1959. Egyptologue, philosophe, analyste politique
et écrivain, il entreprend des études de lettres à
l’UOB, puis en France où il sera trois fois major
de sa promotion en Sorbonne aux Universités
Paris IV (juin 1985) et Paris I (juin 1985) et juin
1990, respectivement en Lettres, en philosophie et
en science politique. En 1990, il écrit une thèse
L’Ecriture et le Mal à Paris IV (4 vol. 1250p) et
sa dissertation d’Habilitation à Diriger des
Recherches (HDR) en juillet 2004 à Paris XII, La
Théorie en questions, Querelles actuelles, apories
et résolution néo-sceptique des énigmes (4
vol.,1300p). Après avoir enseigné au Gabon, en
France et en Belgique, il est couronné par la
Francophonie et fait Chevalier de la Pléiade pour
l’ensemble de son oeuvre[4] en 2007, qui compte
aujourd’hui une quarantaine de titres, dont des
essais de philosophie, d’égyptologie, de politique
et d’épistémologie, une trilogie romanesque et 4
recueils de poèmes. Il dirige des collections chez
l’Harmattan, et vit en France.

1-Aux sources égyptiennes du savoir, Vol. 1 :
Généalogie et enjeux de la pensée de Cheikh Anta
Diop, Paris, Héliopolis, Rééd. Ménaibuc, 1998,
356p.

2- Aux sources égyptiennes du savoir, Vol. 1 :
Cheikh Anta Diop et la destruction du logos
classique, Paris, Ménaibuc, 1998, 150p.

3-L’origine du songo selon le mvett, Libreville,
ICAD, 1999. 100p. Publié dans Encyclopédie du
Mvett II.

4-Encyclopédie du Mvett Vol. 1, Du Haut Nil en
Afrique centrale : Le rêve poétique et musical
des Fang Anciens, financé par Elf Gabon, Paris,
CIREF, 2000, Menaibuc, 2002, 250p.

5-Encyclopédie du Mvett Vol. 2, Du Haut Nil en
Afrique centrale : Le rêve poétique et musical
des Fang Anciens, financé par Elf Gabon, Paris,
CIREF, 2000, 2002, texte revu et augmenté,
150p (épuisé).


6-Origine égyptienne de la philosophie, Paris-
Libreville, CIREF-ICAD, 2000, Rééd. Ménaibuc,
2001, 125p.

7-Kémit anti-démocrate. Essai d’élucidation de
l’énigme de la souveraineté en Afrique et dans le
monde noir, Paris, CIREF, 2000, Rééd.
Ménaibuc, 2001, 120p.

8-Le Buste de Zénon (l’Africain), Paris,
Menaibuc 2002, 100p. (épuisé).

9-Histoire de la Philosophie africaine, 3
Volumes, Paris, L’Harmattan, « Etudes
Africaines », 2005, 1000p.

Vol. 1 : 300p. /10-Vol. 2 :350p. /11-Vol. 3 :
350p.

12-Adieu à Jacques Derrida, Enjeux et
perspectives de la déconstruction, Paris,
L’Harmattan, « Recherches et pédagogie », 2005,
161p.

13-Traité de méthodologie et d’épistémologie de
la recherche, Les modèles quinaires, Paris,
L’Harmattan, « Recherches et pédagogie », 2005,
1146p.


Histoire de la philosophie africaine en quatre (4)
volumes :

14-Livre 1. Le berceau égyptien de la philosophie,
Paris, L’Harmattan Gabon, « Recherches et
pédagogie », 2006, 238p.

15-Histoire de la philosophie africaine, Livre 2.
Introduction à la philosophie moderne et
contemporaine, Paris, L’Harmattan, « Recherches
et pédagogie », 2006, 253p.

16-Histoire de la philosophie africaine, Livre 3.
Les grands courants de pensée et les livres de
synthèse, Paris, L’Harmattan, « Recherches et
pédagogie », 2006, 205p.

17-Histoire de la philosophie africaine, Livre 4.
Entre la postmodernité et le néopragmatisme,
Paris, L’Harmattan, « Recherches et pédagogie »,
2006, 252p.

18-Orphée négro, Paris, L’Harmattan, « Ecrire
l’Afrique », 2006, 164p.

19-Adieu à Tsira Ndong Ndoutoume, Hommage
à l’inventeur de la Raison graphique du mvett,
Paris, L’Harmattan, « Recherches et


pédagogie », 2007, 125p.

20-Manifeste pour lire autrement l’oeuvre de
Cheikh Anta Diop (1923-1986), (sous la dir. de),
Paris, L’Harmattan, « Recherches et pédagogie »,
2007, 159p.

21-Littérature et philosophie à l’épreuve de la
nouvelle théorie, L’amitié impossible d’Orphée et
de l’Oiseau de Minerve, Paris,
L’Harmattan, « Recherches et pédagogie », 2008,
218p.

22-Homo Viator, Paris, L’Harmattan, « Lettres
d’or », 2008, 187p.

23-La Terre promise, Paris, L’Harmattan,
« Lettres d’or», 2008, 172p. Titre de la trilogie :
Les Carnets noirs de l’Atlantide (inspiré du mythe
platonicien de l’Atlantide).

24-Omar Bongo Ondimba l’insoumis ? Livre I. Le
rêve d’un Nouvel ordre international pacifique et
consensuel, Paris, L’Harmattan
Gabon, « Recherches et pédagogie », 2008, 426p.

25- Introduction à la Réforme de l’Eglise
actuelle, Paris, L’Harmattan Gabon, « Recherches
et pédagogie», 2008, 134p.

26-30. Running away. Titre de la production
poétique : Running away : poèmes ontologiques
du lointain.

26-vol. I, Paris, L’Harmattan, « Lettres d’or»,
2011

27-vol. I, Paris, L’Harmattan, « Lettres d’or»,
2011

28-vol. IV, Paris, L’Harmattan, « Lettres d’or»,
2011.

29-Le Livre des préfaces (Volumes I : 1998-2008)

30-Vol. 2 : (2009-2010).

31-L’école de Libreville, Paris,
L’Harmattan, « Recherches et pédagogie », 2011.

32-Le corpus des corpus, Paris,
L’Harmattan, « Recherches et pédagogie », 2011.

33-Bibliographie sélective des oeuvres de la
philosophie africaine, Paris,
L’Harmattan, « Recherches et pédagogie »,
2011.


34-opuscule I Paris, L’Harmattan, « Recherches
et pédagogie », 2011.

35- opuscule II, Paris,
L’Harmattan, « Recherches et pédagogie »,
2011.

36. opuscule III, Paris,
L’Harmattan, « Recherches et pédagogie »,
2011.

37-Les crimes de la République Paris,
L’Harmattan, « Recherches et pédagogie »,
2011.

38-Déconstruire les Accords de coopération
franco-africaine. Paris,
L’Harmattan, « Recherches et pédagogie »,
2011.

39-Après Cheikh Anta Diop. Paris,
L’Harmattan, « Recherches et pédagogie »,
2011.

40. Lexique ékang (fang)-kémit (égyptien) ; Paris,
L’Harmattan, « Recherches et pédagogie », 2011.
 

XIV. LISTE DE 31 ECRIVAINES
GABONAISES


1-Pulchérie Abeme Nkoghe : Poétesse
(Gabon).

2-Nadège Ango Obiang : Poétesse, romancière,
scénariste (France)

3- Edna Apinda : Nouvelliste, romancière
(France)

4-Péguy Lucie Auleley : Nouvelliste, romancière
(Diaspora).

5- Andigui Solange Bongo Ayouna : Pédiatre,
médecin (Gabon).

6-Sandrine Bessora : Romancière, nouvelliste,
Grand Prix littéraire d’Afrique Noire
(Suisse/France).

7-Irène Dembe : Romancière, journaliste,
enseignante de français (Gabon)

8-Lucie Dissouva : Poétesse (Gabon)

9-Alida Douka : Ecrivaine (Gabon)


10-Priscilla Aurole Ebotsi Mpemba : Poétesse
(USA).

11-Alice Endamne : Poétesse (USA)

12- Franck Faudresse : Bertille Dizouna, de son
nom civil (Gabon).

13-Victoire Issembè : nom de jeune fille et de
plume de Madame Duboze. Poétesse, ancienne
Ministre et candidate aux élections présidentielles
du Gabon. Elle vit en France.

14-Ludenne Chanie Lassengue : Romancière
(Gabon).

15-Josette Lima, poétesse (Gabon).

16-Viviane Magnagna Nguéma : Poétesse,
docteur en économie (Gabon).

17-Nadia Myril Magoulounou Etono : Ecrivain
(Gabon).

18-Lucie Mba : Poétesse, enseignante à l’ENS
(Gabon).

19-Chantal Magalie Mbazo’o : Poétesse,
romancière, critique,
enseigne à l’ENS (Gabon)

20-Justine Mintsa : Nouvelliste, romancière,
enseignante à l’UOB (Gabon).

21-Honorine Ngou : Romancière, essayiste,
enseignante UOB (Gabon)

22-Gisèle Ndong Biyogo : Romancière (Québec).

23-Sylvie Ntsame : Romancière, nouvelliste,
conteuse, essayiste, Présidente UDEG (Gabon).

24-Alice Nzeng Ebome : Ecrivaine (Gabon)

25-Marie Constance Nzeng Ebome : Poétesse
(Gabon)

26-Prisca Olouna : Nouvelliste, romancière
(France)

27- Nadia Origo Kassa : Ecrivaine

28-Angèle Rawiri : Romancière, nouvelliste
(1954-2010)

39-Aida Touré : Poétesse, plasticienne (USA)

30-Yataïma : Diaspora.


31-Melissa Vendôme : Romancière (Gabon). 

XV. Chercheurs, critiques, enseignants invités

1-Agbohou

2-Jacques Chevrier

3-Congo Bemba

4-Fonkoua

5-Fonkoué

6-Xavier Garnier

7-Fari Taharka

8-Kounougous

9-Mboka Kiesse

10-Mawawa Kiesse

11-Boniface Mongo-Mboussa

12-Georges Ngal


13-Papa Samba Diop

14-Clémentin Séverin

15-Tedanga

 

Le Président du Salon, Grégoire Biyogo.

 


 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 22-01-2011 à 07:10:52 GMT +1

Amicale des Gabonais de Nancy

 

Soirée dansante à La Griffe

 

 


***************

 

 

 

 

 

 

 

 

Chers amis,

 

L'Amicale des Gabonais de Nancy organise une soirée dansante le vendredi 4 février 2011 au night club "La Griffe", sis 6 rue Bénit à Nancy Centre, en face du cinéma "CGC". L'entrée est de 10 euros par personne. Des précisions seront apportées ultérieurement sur l'heure du début de la soirée. 

 

Venez  vous évader et clore le premier semestre sur un pas de danse! Nous vous attendons tous avec impatience!!!!
 
Amicalement,
 
Le Bureau
 

 

 

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
LE GABON IMMORTEL RESTE DIGNE D'ENVIE