La Nation

Droit+Politique+Economie+Environnement

posté le 08-07-2013 à 02:47:47 GMT +2

De Gaulle et Foccart

 

 Des Fusibles et Soupapes en politique


 

 

 

 

"Quand je pète,

c'est Foccart qui pue".

 

 

 

 

Grl de Gaulle

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 04-07-2013 à 18:10:31 GMT +2

DEPARTEMENT ETUDES GERMANIQUES (UOB)

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 16-04-2013 à 19:19:16 GMT +2

Il est né!

 

Merci à tous ceux (nombreux) qui ont aidé à la naissance de mon premier fils


 

 

 ****

 

 Arthur A. BENGA NDJEME Jr

 

 

 

Né le 16 Avril 2013 à Minuit, Libreville (GABON)

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 11-04-2013 à 12:04:08 GMT +2

Hommages à Prévert

 

 Chanson des escargots qui vont à l'enterrement


 

 

 

 

 

***

Jacques Prévert, poète, parolier, chansonnier et âme marginale, est mort un 11 Avril 1977 à Omonville-la-petite. "Petite" comme le fut sa vie, plus proche de celle d'un enfant que d'un adulte. Mais Prévert, au regard de son génie, est bien mort en Homme accompli!

 

 

Le souvenir de ses plus belles oeuvres poétiques comme "Barbara", "Déjeuner du matin"... "Le cancre", en mémoire de mon professeur de français au Lycée Léon M'BA, un Français de France, Monsieur France VOLATIER, m'amène à reproduire ci-après l'un des textes les plus "sur ou sous-réalistes" de Prévert: "Chanson des escargots qui vont à l'enterrement".

 

 

Il fallait oser!   

 

 

A l'enterrement d'une feuille morte
Deux escargots s'en vont
Ils ont la coquille noire
Du crêpe autour des cornes
Ils s'en vont dans le soir
Un très beau soir d'automne
Hélas quand ils arrivent
C'est déjà le printemps
Les feuilles qui étaient mortes
Sont toutes ressuscitées
Et les deux escargots
Sont très désappointés
Mais voila le soleil
Le soleil qui leur dit
Prenez prenez la peine
La peine de vous asseoir
Prenez un verre de bière
Si le cœur vous en dit
Prenez si ça vous plaît
L'autocar pour Paris
Il partira ce soir
Vous verrez du pays
Mais ne prenez pas le deuil
C'est moi qui vous le dit
Ça noircit le blanc de l'œil
Et puis ça enlaidit
Les histoires de cercueil
C'est triste et pas joli
Reprenez vos couleurs
Les couleurs de la vie
Alors toutes les bêtes
Les arbres et les plantes
Se mettent a chanter
A chanter a tue-tête
La vraie chanson vivante
La chanson de l'été
Et tout le monde de boire
Tout le monde de trinquer
C'est un très joli soir
Un joli soir d'été
Et les deux escargots
S'en retournent chez eux
Ils s'en vont très émus
Ils s'en vont très heureux
Comme ils ont beaucoup bu
Ils titubent un petit peu
Mais là-haut dans le ciel
La lune veille sur eux. 

 

 


Jacques Prévert,  Paroles 

 

 

 

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 10-04-2013 à 21:15:48 GMT +2

LA BOMBE URBAINE

 

 

 URBANISATION,

 LA BOMBE DU CONTINENT AFRICAIN?


 

 

 

 

Le magazine Africa 24 n° 9 de Février-Avril 2013 porte un titre inquiétant: "Urbanisation, la bombe du Continent".

 

En page de couverture, un certain nombre d'encadrés consolide ce sentiment d'inquiétude, si ce n'est de désespoir:

 

-les génies des bidonvilles";

 

-"logement social, le pari impossible";

 

-"l'éclosion des villes nouvelles"...

 

 

Plus loin, on peut également lire:

 

-"La ville coloniale: contrôler, administrer, exploiter" (p.16)

 

-"La bombe démographique" (p.28)

 

-"Des villes au bord de la saturation" (p.65)

 

-"Difficile accès aux sanitaires" (p.86).

 

-"Ghana, haro sur les déchets électroniques" (p.76).

 

"Hysacam a trouvé son or dur sur les ordures" (p.78).

 

-"Les déchets, c'est une matière précieuse" (Oumar Cissé, p.82).

 

 

Tels sont des propos qui donnent froid au dos, à plusieurs titres. D'abord, en raison de l'expasion irrésistible de l'urbanisation. Ensuite, au regard de l'explosion démographique des villes au détriment des localités ou zones rurales.

 

Rainer Maria RILKE, poète germanophone, avait déjà mis à nu dans son "Livre de la Pauvreté et de la Mort" (traduction Arthur ADAMOV, Actes Sud)les dangers des grandes villes pour les destins incertains des populations mal sécurisées.

 

Il avait, à cette occacion, démontré comment des vies entières étaient chariées en même temps que des montagnes d'ordures dans des grandes villes.

 

L'Afrique serait-elle incapable de s'inventer ou réinventer un modèle de ville ou village affranchi des effets désastreux de l'urbanisation dite moderne?

 

Les politiques de rationalisation de l'exploitation des écosystèmes et de préservation de l'Environnement peuvent-elles tenir longtemps face à l'expansion des villes?

 

 

Ne faut-il pas organiser un cycle d'Etats Généraux des politiques publiques autour du concept ou principe de "Durabilité" dans les Plans Stratégiques de Développement National?

 

 

A vous de vous déterminer en conséquence. Chers lecteurs.

 

 

Africanostra, le 10 Avril 2013

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

africanostra  le 11-04-2013 à 02:14:03  #   (site)

Bien Cher José-Louis, le plaisir est partagé, de pouvoir enfin nous retrouver sur ces mots évocateurs du "mille-feuille" de la misère africaine. Merci de nous aider à sortir de là, José! Bien à toi.

BERRE  le 10-04-2013 à 22:58:25  #

Mon cher Arthur, je suis content de te voir réagir sur un tel sujet qui me préoccupe professionnellement. Notre continent est en train de bâtir des "étouffoirs" qu'on ose nommer "villes". Si nous n'y prêtons attention, nos villes seront invivables à l'avenir. Par ailleurs, l'Etat unitaire et centralisé n'arrange pas les choses en favorisant trop un développement unipolaire !
VIDEO > http://www.youtube.com/watch?v=8Hh8cL5zovQ
ARTICLE> https://sites.google.com/site/berrejl/articleafriqueurbanisme
ARTICLE > http://www.num1people.com/fr/index.php/num1people/modeles/item/32

 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
LE GABON IMMORTEL RESTE DIGNE D'ENVIE